Articles à la une

 

Vos médiathécaires Escales vous ont préparé des sélections de documents pour patienter jusqu'à Noël

A retrouver dans vos médiathèques

 

20221125141353

Médiathèque d'Etival

20221125140856

Médiathèque d'Etival

20210514200338

Les sélections de Raon-l'Etape

20210514220505

Les sélections de Raon-l'Etape

20221124100441

Les sélections de Senones

livre-noel

Les sélections à retrouver à Fraize

 

 

Sécurité. Pour accéder au portail de votre bibliothèque, merci de confirmer que vous n'êtes pas un robot en cliquant ici.

 

 

Les médiathèques de Saint-Dié-des-Vosges (Jean de la Fontaine), de Fraize, Raon-l'Etape et Etival-Clairefontaine seront exceptionnellement fermées les samedis 24 et 31 décembre. La médiathèque de Senones sera fermée les lundis 26 décembre et 2 janvier.

 

 

Tout au long du dernier trimestre 2022 et de l’année 2023, la médiathèque d'Etival-Clairefontaine propose des actions autour du papier. Elles seront en partenariat avec les Papeteries Clairefontaine, l’association des Amis du Ban et l'ANIMAthèque.

 Les visiteurs pourront découvrir une exposition « Des chanoines à Jean-Baptiste Bichelberger », prêtée par l’association des amis du Ban. Ils pourront également retrouver des maquettes réalisées par un apprenti des Papeteries Clairefontaine, les offres de professionnalisation des Papeteries et une sélection de documents prêtés par l'IUT de Saint-Dié-des-Vosges.

Au-delà de l’exposition, plusieurs conférences seront proposées par les amis du Ban, et Jean-Marie Nusse, directeur général délégué du groupe Exacompta-Clairefontaine.

Une première a eu lieu sur la première papeterie d’Etival sur les bords de la Valdange : qui a retracé l’histoire d’une activité artisanale de 1512 à 1850. Cette dernière voulue par l'abbé Fagnozel en 1512 a traversé les siècles grâce à la volonté des chanoines et des propriétaires privés qui ont racheté l'entreprise après la Révolution.

 

312203957 386787760216610 2455977281209502493 n

La conférence du 3 novembre à 20h a abordé la création de la papeterie sur les bords de la Meurthe, et son industrialisation entre 1850 et 1919. À cette époque, Jean-Baptiste Bichelberger fait passer l'activité papetière de la Valdange à la Meurthe en s'appuyant sur la révolution industrielle.

 

Les Papeteries Clairefontaine ont ainsi pérennisé la volonté des chanoines de lier Etival et le papier. C’est ainsi que depuis 1923, la commune porte le nom d'Etival-Clairefontaine.

 Le cycle de conférences de 2022 se clôturera le 15 novembre, à 20h avec la présentation des enjeux du papier aujourd'hui par Monsieur Jean-Marie Nusse,

 En parallèle, des activités autour de l'usage du papier au quotidien ont aussi été proposées aux familles. Quelques photos des diverses créations qui en sont nées.

 

20221025144921
20221025142551
20221025150951
3127468504881301432646341052473322628605866n
20221025151818
DSC9663
DSC9664

 D'autres rendez-vous seront organisés en 2023 : présentation des métiers du papier, mail art, fabrication de papier, atelier papiers création… Restez connectés !

Le FIG 2022 et cette 33ᵉ édition est déjà fini et c’était chouette. Il s’est passé bien évidemment beaucoup de choses sur toute la ville et même jusque dans certaines communes de l’agglomération. Nos équipes étaient aussi mobilisées sur différents temps du festival : accueil de festivaliers, rencontres littéraires, conférences, animations, etc. Bref, un super week-end riche en rencontres ! Nous vous proposons un petit retour sur cette 33ᵉ édition, sous l’angle des médiathèques.

 Vendredi 30 septembre

En ce premier jour de festival, la médiathèque d’Etival-Clairefontaine a accueilli une rencontre BD. L’auteur, Gaétan Nocq, a pu ainsi présenter son travail et plus particulièrement son dernier roman graphique : Les Grands Cerfs, adapté du roman de Claudie Hunzinger. A partir d’images projetées de sa BD, Gaétan Nocq a expliqué sa démarche créative, son séjour chez les Hunzinger et partager son expérience d’immersion dans la forêt vosgienne pour « croquer » et réaliser ses planches.

À la suite de la rencontre, les personnes présentes ont d’ailleurs pu repartir avec leurs propres dédicaces crayonnées par Gaétan Nocq !

Un peu plus tard, en début de soirée, c’est le public de Senones qui avait rendez-vous à la médiathèque de l’ancienne cité princière pour une rencontre avec Damien Deville, géographe, anthropologue et auteur du passionnant livre « L’Homme qui arrêta le désert », écrit d’après les échanges réalisés à Abidjan, perle de la Côte d’Ivoire, avec le burkinabé Yacouba Sawadogo. Un joli moment de partage qui a permis à Damien d’expliquer à la fois le contexte de sa rencontre avec Yacouba, de revenir sur l’incroyable histoire de ce paysan africain qui a défié le désert et le travail de l'auteur autour de la rédaction du livre.

Samedi 1er octobre

La médiathèque de Raon L’Etape avait concocté un temps de lecture de contes portugais pour débuter en douceur cette deuxième journée de festival et célébrer par la même occasion le pays hôte de cette 33ᵉ édition. Pour prolonger la fête, place à la musique et à la danse avec le groupe Herois Dos Bombos, qui était bien décidé à animer cette matinée avec une déambulation tout en musique en partance de la médiathèque ! Le groupe a ainsi réveillé la ville, de la médiathèque aux halles, avec son orchestre de tambours. La compagnie, composée de musiciens de 7 à 60 ans, a répondu ensuite au public sur son fonctionnement pour faire sonner les tambours de concert et coordonner les déplacements de cette joyeuse troupe.

Cérémonie de remise des Prix Amerigo Vespucci

Au même moment, à l’hôtel de ville de St-Dié des Vosges, plusieurs collègues du réseau des médiathèques, membres des différents jurys, avaient rendez-vous pour la tant attendue remise des prix Amerigo Vespucci. C’est donc en présence des élus, des financeurs, des équipes du festival et bien sûr des lauréats, Fabien Truong, Etienne Davodeau, Camille Schmoll, Daniele Catalli et Eva Bensard, qu’a eu lieu cette cérémonie !

Avant et pendant le Festival dans le réseau Escales !

En amont du Festival chacun avait su mettre l’eau à la bouche à ses lecteurs avec la mise à disposition de livres, d’albums, de CD, de BD, etc. autour de bien jolies tables thématiques. Une playlist de musique avait été spécialement créée et diffusée pour mettre l’ambiance dans les médiathèques : C'est ici pour l'écouter !. Le public a pu également participer à un quiz sur le Portugal, initié par la médiathèque de Fraize et repris dans les autres structures du réseau.

La médiathèque Jean de la Fontaine avait quant à elle tout spécialement préparé des animations autour des petites bêtes du désert. Les bibliothécaires ont accueilli plusieurs classes, de la petite section aux élèves du CP, de l’école Jacques Prévert sur plusieurs jours et créneaux du mois de septembre. Après une lecture immersive d’un conte sur le désert, avec des instruments de musique, Gaëlle et Marie ont ensuite fait participer les enfants en réalisant du land art avec du sable. Chacun est allé récolter des éléments de la nature aux alentours de la médiathèque pour créer un paysage avec un animal du désert.

Une opération qui a donné envie à tous de réitérer l’expérience pour la prochaine édition !

2023 posera la question des problématiques autour des urgences et nous partirons explorer les terres incroyables du Chili ! Rendez-vous pris donc pour l’année prochaine pour de nouvelles rencontres et un voyage commun sur les chemins du monde et de la géographie !

Retour en images sur cette 33ème édition !

 

P1000469
P1000464
P1000460
P1011155
P1000477
P1011159
P1000497
P1000488
IMG20221001120626
P1000348
P1000345
P9220605
P9220581
P1000336
P1000335
P1000332
3101438497873341422452605148052980383481856n
3102562667873341489119264145866783023848850n

Actuellement la médiathèque de Senones accueille une exposition de tableaux de Michèle Geindre, peintre locale.

C'est une explosion de couleurs chatoyantes et automnales et il faut prendre son temps pour découvrir des détails cachés, un petit chat, un collier ou encore un paysage.

20221005183729-R
20221005183736-R
20221005183854-R

Michèle Geindre a travaillé ses tableaux en mélangeant différentes techniques, collage de papiers, encre de chine, peinture. C'est l'occasion de découvrir plusieurs portraits remplis de poésie.

Venue à la peinture sur le tard, Michèle Geindre qui s'est formé à L'Art-Thérapie a tout d'abord intégré l'atelier de Gérard Petitdidier en peignant des portraits atypiques.. Elle a ensuite rejoint l'atelier de la Mandroseraie avec Catherine Michel qui la soutient et lui permet de s'affranchir de modèles. Les cours d'Histoire de l'Art ont été riches et ont boosté sa créativité. Elle est depuis toujours fascinée par les portraits et la nature et son réel plaisir est de faire émerger des visages à travers le papier comme des visages qui apparaissent dans les arbres.

L'exposition est présente jusqu'au 28 octobre et est ouverte les lundis, mercredis de 9h à 12h et de 15h à 18h  et les vendredi de 15h à 18h.

La médiathèque vous invite également à rencontrer Michèle Geindre le lundi 17 octobre à partir de 15h afin d'échanger sur son travail.

20221005 1857421

 

Cette année, le réseau Escales des médiathèques accueille plusieurs animations dans le cadre du FIG 2022, en particulier deux auteurs et une compagnie de musique folklorique. Voici une brève présentation de leur travail, afin de vous donner envie de les rencontrer !

 

Vendredi 30 Septembre à 18h, la médiathèque d’Etival-Clairefontaine accueillera l’auteur Gaël Nocq, pour sa BD : Les grands cerfs, adaptée du roman de Claudie Hunzinger. C’est dans les montagnes des Vosges, que Pamina a choisi de vivre isolée du monde avec son compagnon Nils. Au cœur de la forêt, ils sont entourés de cerfs dont elle ne perçoit pas la trace. Jusqu’au jour où Léo, photographe animalier, décide d’initier Pamina à l’observation de ces cervidés. Au fil des saisons, par tous les temps et souvent de nuit, elle apprendra à les distinguer et surtout elle se rendra compte que les plus dangereux ne sont pas toujours ceux auxquels on pense. Elle découvrira avec horreur les clans des chasseurs, et se retrouvera plongée dans un combat perdu entre la préservation de la nature et des espèces sauvages. La couleur bleue très présente dans cette BD nous plongera directement dans cette ambiance nuitée.

Gael Nocq

 

 

Pour connaître son univers graphique, cliquez ici : http://gaetannocq.blogspot.com/

 

 

 

 

La soirée continuera avec la venue de Damien Deville, géographe, anthropologue de la nature, et auteur du roman LHomme qui arrêta le désert, à 19h30 à la médiathèque de Senones.

Dans cet ouvrage, l’auteur nous relatera sa rencontre avec Yacouba Sawadogo, lauréat du prix Nobel alternatif, qui consacre sa vie à planter des arbres aux portes du désert. À l’heure où le changement climatique menace les écosystèmes, Yacouba Sawadogo continue son combat pour ramener la vie au sein de ces territoires arides. Un livre qui redonne de l’espoir en l’humanité.

Damien Deville

 

Pour les plus curieux, voici son site internet : http://www.damiendeville.eu/

 

 

 

 

 

Enfin, dans le réseau Escales, la médiathèque de Raon l’Etape clôturera ces animations le samedi 1er Octobre. Les bibliothécaires s’empareront du pays invité, soit le Portugal, pour une lecture de contes à partir de 10h30. Puis le groupe de tambours : Herois dos Bombos, déambulera de la médiathèque jusqu’au marché à partir de 11h.

heroisdosbombos

 

Pour en savoir plus, ça se passe ici : https://heroisdosbombos.asso-web.com/

 

 

 

En espérant vous retrouver nombreux à ce FIG délocalisé !

 

 

Véritable monument d’art médiéval, le Graduel de la collégiale de Saint-Dié a déjà traversé 5 siècles d’histoire. Nombreux sont les visiteurs à avoir pu admirer ses pages enluminées et ses quelques 1330 lettrines ! Afin qu’il demeure encore objet d’émerveillement et de fascination pour les décennies à venir, il convient d’en prendre soin et de le choyer.

1---Page-enluminee-des-Mines-de-Lorraine---folio-338r

Page enluminée des Mines de Lorraine (folio 338r) : le Graduel est un reflet de l’imaginaire collectif, des pratiques religieuses et de la vie médiévale et locale

2---Lettrine-enluminee---Un-B-agremente-de-motifs-vegetaux

Lettrine enluminée : un B agrémenté de motifs végétaux – Les enlumineurs s’inspiraient du monde qui les entouraient afin de décorer les manuscrits

3---Lettrine-enluminee---Un-E-agremente-de-grotesques-dessin-de-personnage-etrange

Lettrine enluminée : un E agrémenté de grotesques (dessins de personnages étranges)

 Composé de bois, de pièces métalliques, de cuir, de ficelle, de parchemins, d’encres diverses et de dorures, ce document patrimonial pèse environ 53 kg et mesure quasiment 80 cm !

Ce manuscrit contient plus de 700 pages de partitions musicales qui étaient destinées à être chantées par un chœur réuni autour de l’ouvrage lors d’offices religieux.

Document d’usage régulier, le Graduel a été beaucoup utilisé pendant plusieurs siècles. Il a ensuite été admiré régulièrement par les amateurs de patrimoine et les curieux d’ici et d’ailleurs.

4 Graduel en 19101

Photographie d’une des salles de l’ancienne bibliothèque de Saint-Dié où trônait le Graduel – (Cliché d’Adolphe Weick, I A 125, 1910)

 

Les aléas de l’histoire n’ont pas toujours permis sa conservation optimale. Par exemple, son sort lors de la Seconde Guerre mondiale est très méconnu et il est probable que le manuscrit ait été conservé, voire caché dans un lieu inadéquat à sa conservation. Cela aura au moins permis de le sauver du gigantesque incendie de Saint-Dié de 1944.

Pour l’ouverture de la nouvelle médiathèque, le Graduel va bénéficier d’une nouvelle jeunesse. En effet, ce manuscrit ancien fait l’objet d’une opération de conservation-restauration destinée à mieux le protéger et à réparer certains de ses éléments fragilisés au cours du temps. Ce traitement permettra une mise en valeur plus aisée et adéquate du document au cœur même de la médiathèque à la Boussole.

 Pour ce faire, le Graduel a été envoyé à la Bibliothèque nationale de France (BnF), grande institution nationale, afin de le restaurer. Plusieurs experts et artisans d’arts s’y affairent et bichonnent ce bijou déodatien afin de lui assurer un avenir durable et sûr. La tâche est grande car plusieurs points d’attention nécessitent la main curative et sûre de spécialistes nationaux.

 

5 Le Graduel à la BnF

Le Graduel est un manuscrit massif qui alimente les réflexions scientifiques à la BnF – (© Arthur Durand, octobre 2021)

En premier lieu, le Graduel présente une déformation importante sur sa reliure au niveau de son ais supérieur (planche de bois recouverte de cuir qui couvrent l’avant du document), probablement due aux changements de conditions climatiques des divers endroits où il fût gardé.

 

6---Capture-3D-de-la-deformation-du-Graduel

À la BnF, les experts du LRMH effectuent une capture 3D de la déformation du Graduel afin d’en évaluer l’importance – (© Arthur Durand, octobre 2021)

7---Image-3D-du-Graduel

L’image 3D du Graduel permet des analyses poussées de la reliure afin d’étudier des solutions de restauration (© Arthur Durand, octobre 2021)

Après plusieurs analyses conjointes des experts de la BnF et du Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques (LRMH), il s’avère que plusieurs pièces de bois composent la structure de l’ais supérieur du manuscrit.

 8 Structure des ais

 

 

 

 

 

 

 

Modélisation de la structure des ais en bois par le LRMH (© LRMH)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La restauration d’un document patrimonial se basant sur un interventionnisme limité afin ne pas dénaturer l’œuvre, la pièce déformée ne peut donc pas être changée ou reformée.

En revanche, sa pression néfaste sur le corps d’ouvrage peut être homogénéisée grâce à l’insertion d’un plat intermédiaire épousant la forme de la déformation. Le contenu du Graduel sera ainsi sauvegardé, tandis que la déformation de son plat restera un témoin de sa longue histoire.

 En parallèle de la création de cette pièce intermédiaire, plusieurs spécialistes travaillent sur les autres parties du manuscrit. Au total, 4 corps de métiers travaillent à la réfection des cuirs déchirés et manquants, au nettoyage des pièces métalliques, au dépoussiérage méticuleux du corps d’ouvrage, à la réparation des déchirures de parchemin, et à la consolidation des enluminures.

 Ce chantier de conservation-restauration est conséquent. D’une certaine manière, il est à l’image du manuscrit : peu commun et de grande envergure.

 Le Graduel en version numérique, c’est par ici Lien externe